Tout savoir sur le survivalisme et ses spécificités

Le monde traverse de nombreuses crises politiques, sociales, environnementales ou encore de santé mondiale d’où la montée du survivalisme. Avec la pandémie du coronavirus qui pousse au confinement, les survivalistes sont confortés dans leur position : se préparer à d’éventuelles catastrophes. Il s’agit des techniques de survie et d’approvisionnement en nourriture pour pallier toutes éventualités.

Un retour à l’essentiel

Le survivalisme vient en réponse aux besoins primaires physiologiques et sécuritaires qui sont la faim et la soif. En somme, c’est un mode de vie de plus en plus adopté. Au salon annuel du survivalisme, l’accent a été mis sur l’intégration des activités humaines dans le respect de la nature, le piégeage, la filtration de l’eau ainsi que l’élevage de poissons. Il accorde une place capitale aux stages de survie et à la détection des menaces. Il va jusqu’à faire la promotion des toilettes en compost et des habits thermorégulateurs.

Un esprit de méfiance et d’autonomie

Le survivalisme entretient une vision qui est fondée sur la méfiance. Il pousse à se procurer les articles en quantité notamment les denrées non périssables. Il favorise l’utilisation de boîte de conserve, des pâtes et du maïs. Ainsi, il faut stocker le maximum de produit en peu de temps parce qu’il faut s’attendre au pire tout le temps. Dans ce système, tous les moyens sont bons pour l’approvisionnement en eau et en nourriture. Tous les accessoires de la vie courante comme les sacs sont des kits de survie.

Le survivalisme met en avant les valeurs primaires  comme la force et les capacités de défense.Il dénigre les produits inutiles qui sont sans rapport avec la survie.Le survivalisme trouve futiles les nouvelles technologies et privilégie les compétences techniques. Par contre, il met en exergue les formations liées à la maîtrise de technique solaire ou d’irrigation.

L’autosuffisance alimentaire et financière

Les survivalistes ne proposent pas de réforme particulière. Ils se contentent de se lancer dans la fabrication d’éléments essentiels à la survie. Ils croient au troc. Leur lien avec la nature est plus pour répondre à leur besoin que pour la sauvegarder.

Il préfère l’utilisation du plastique qui est la matière parfaite pour quantité d’usages. L’autosuffisance doit être alimentaire, mais aussi financière. Le survivaliste ne croit pas à l’épargne ni au système bancaire. Il utilise de la liquidité ou se procure des lingots d’or. Ce critère d’indépendance est ce qui caractérise la société survivaliste.

Faut-il suivre cette tendance ?

Le réchauffement climatique, les pandémies mondiales et les tsunamis géants sont autant de catastrophes inéluctables. Dès lors, certaines personnes se préparent pour la fin du monde. Elles construisent des maisons avec des sous-sols et des abris anti radiations. Elles s’approvisionnent en nourriture et en eau.

Du cinéma à la téléréalité, les industries culturelles se sont emparées du survivalisme, le propageant comme un virus à la culture. Par ailleurs, c’est un véritable empire qui se constitue. Il s’agit d’une économie internationale qui se met sur pied. La décision de suivre ou non cette tendance est personnelle. Toutefois, vous devez tenir compte des données susmentionnées pour un choix plus éclairé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Articles